Musique !

Publié le 22 Juin 2016

Les élèves ont investi le parvis Saint-Michel, guidés par leur professeure de musique, Véronique Bresson. (Photo : Ouest-France)

Les élèves ont investi le parvis Saint-Michel, guidés par leur professeure de musique, Véronique Bresson. (Photo : Ouest-France)

Les collégiens ont investi la place Saint-Michel pour interpréter des chansons répétées durant l'année. Au programme : chants en anglais, en breton et slam. Un beau moment.

La mobilisation
Ils étaient surexcités, les élèves du collège Jules-Ferry ! Et pour cause : ils ont inauguré la Fête de la musique, en début d'après-midi, place Saint-Michel. L'occasion pour eux de montrer l'étendue de leur répertoire.
Après avoir répété pendant des semaines, ils sont fin prêts. Au programme, une reprise des Beatles et une interprétation de Youenn Gwernig, mais aussi un slam et un impressionnant chant tribal proposé par six collégiennes. Les élèves se sont portés volontaires pour participer, et c'est pendant les cours qu'ils ont répété, pendant « cinq ou six séances », selon Véronique Bresson, professeure de musique.
Une soixantaine de collégiens
En ce dernier jour d'école, il est difficile de contenir tout le monde. Ça crie, ça court dans tous les sens, ça chante. Un léger rappel à l'ordre est nécessaire avant de démarrer les festivités. Il faut aussi gérer les petits problèmes techniques, mais les parents d'élèves ne sont jamais bien loin et sont toujours prêts à donner un coup de main. Véronique Bresson est catégorique : « Sans eux, on ne serait pas grand-chose ! »
Pourtant, leurs camarades livrent un spectacle bien rodé. Le refrain de Lucy in the Sky with Diamonds des Beatles est parfaitement maîtrisé, et la chanson Gwerz an harluad de Youenn Gwernig, est chantée en breton de A à Z. Véronique Bresson est fière de ses élèves : « Certains l'ont apprise par coeur, ils se sont formés tout seuls. » Au total, c'est une soixantaine de collégiens issus de toutes les classes qui animent la place Saint-Michel pendant près d'une heure.
Compositions originales
Le choix des chansons ne s'est pas fait au hasard. Gwerz an harluad (La Complainte de l'exilé en français) de Youenn Gwernig parle du déracinement et du manque. En guise de prologue, deux élèves étrangères en donnent une traduction, strophe par strophe. Un moment émouvant qui ravit le public. Quant au slam, il a été composé par plusieurs élèves de 5e. Les filles, très professionnelles, se relaient pendant plusieurs minutes sur des rythmiques rock. Quand on leur demande combien de temps l'écriture des textes leur a pris, elles hésitent : « Oulàààà », fait l'une d'elles, un peu stressée.
On l'a compris, elles présentent ici un travail de longue haleine. Ils sont en effet une dizaine d'élèves à avoir participé au projet. Mais seules les plus téméraires affrontent la scène.

Source : Ouest-France,Quimperlé, 22/06/2016 extrait de l'article de Maud Le Rest

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :