Concours de Haïkus suite...

Publié le 22 Janvier 2018

Deux élèves du collège ont été primés pour leur haiku !

Chêne, grand chêne
raconte moi ta vie 
dans le mur de pierres.  Gabriel

Dans le vieil arbre
une seule pomme
résiste à l'hiver.   Noémie

Taol Kurun. Le haïku, maladie qui court de l’arbre à la rivière

Les auteurs de haiku ont été primés. Le concours était lancé dans le cadre du festival Taol Kurun.

Les haikistes se sont réunis vendredi soir, à la Maison d’Hippolyte. Fanny Chauffin a décerné les prix, et lu de sensationnelles bribes d’une poésie des plus fédératrices.
Il y avait trente personnes, confinées dans la chaleureuse Maison d’Hippolyte, vendredi soir. On est venus écouter des poèmes débarqués de toutes parts, des terres, des mers, des écoles et d’adultes confirmés.
Les langues se sont rapprochées en trois petits vers, de « Ah ! L’été arrive/L’arbre aux papillons/S’habille de ses plumeaux violets », ou de « Coincée sur un pommier/Les pommes me consolent/La lune me regarde. »
Et si le français a dominé en nombre, le breton a couru derrière pour résonner, et le gallo, en substance, a semblé si familier, et jumelé au français.
761 haïkus chantant saisons et contemplations, dansant avec les mots, sur un regard, les sensations d’un instant, ont été adressés cette année.

Une muse a rassemblé les publics

Courts, vifs, amoureux, oniriques, ou cocasses, ils ont tous eu « l’arbre » pour thème. Une muse qui a rassemblé les publics, que l’enfance s’est appropriée sans mal : « Le cerisier/A force de l’admirer/Je m’endors », qui a inspiré une mère : « Cerisier en fleur/Pour la première fois/Le bébé bouge », et séduit un homme : « Premiers bourgeons/Le nombril de ma voisine/A nouveau visible. »
Au printemps, il sera temps, pour les haikistes, de repenser des poésies, sur le thème, cette fois, de la rivière. Une merveilleuse façon de poser un regard, une plume, sur la poésie. « Le haiku est une maladie qui court », a salué Fanny Chauffin.
Tous les textes sont publiés sur le site www.taolkurun.free.fr.

Source : Ouest-France Quimperlé, 21 janvier 2018

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :