Du Slam à Jules Ferry

Publié le 12 Février 2018

Du Slam à Jules Ferry

Source : Ouest-France Quimperlé, 9 février 2018

Les élèves allophones du collège Jules-Ferry à Quimperlé ont joué avec les mots de Léo Ferré, pour inventer des slams. Sous l’œil de Bruno Geneste.

« Les goélands chantent la symphonie de l’océan. » « La lumière du sable à l’infini, la petite musique des coquillages, le rivage et le froid bleu comme la mer. »

Voilà quelques-uns des slams inventés et écrits par les élèves allophones du collège Jules-Ferry, jeudi matin.

« Nous sommes partis d’un texte de Léo Ferré, La mémoire et la mer. Et pour que cela soit le plus ludique possible, on ne parle pas de poésie, mais de slam. Le résultat est étonnant et remarquable. Ce sont quand même des jeunes qui sont en cours d’apprentissage du français. Je suis subjugué », glisse Bruno Geneste, entre deux conseils aux collégiens.

Le poète intervient à Jules-Ferry, comme il le fait au collège La Villemarqué.

« Mais ici, je travaille différemment. Il n’y a pas de rime. C’est entièrement libre. Moi, je les accompagne », poursuit-il.

Il est aidé dans sa démarche par Sandra Veillon, professeur de français.

L’aboutissement de ce travail sur les mots et leur signification ? « Ils monteront tous sur la grande scène Benoîte-Groult, le mardi 20 mars, pour un grand concert de slam, dans le cadre du festival de la parole poétique (organisé par la Maison de la poésie du pays de Quimperlé). Ensuite, nous sortirons une anthologie. Mais ce sera un vrai livre, pas des feuilles photocopiées et agrafées. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :