Publié le 25 Avril 2018

Remise des prix dans le cloître du collège

Remise des prix dans le cloître du collège

Sensibilisation pour les classes de 6e : qu'est-ce qu'un bon petit déjeuner ?
Sensibilisation pour les classes de 6e : qu'est-ce qu'un bon petit déjeuner ?Sensibilisation pour les classes de 6e : qu'est-ce qu'un bon petit déjeuner ?

Sensibilisation pour les classes de 6e : qu'est-ce qu'un bon petit déjeuner ?

Lire la suite

Publié dans #Sport

Publié le 20 Avril 2018

Puy du Fou : l'UPE2A voyage dans le temps !
Puy du Fou : l'UPE2A voyage dans le temps !
Puy du Fou : l'UPE2A voyage dans le temps !
Puy du Fou : l'UPE2A voyage dans le temps !
Puy du Fou : l'UPE2A voyage dans le temps !

Les 14 élèves de l'UPEAA étaient impatients de prendre le mini-bus à 6h du matin, ce mardi 17 avril. Direction : Le Puy du Fou ! Les élèves nous racontent leur journée :

"Il y avait une joyeuse ambiance entre blagues, films et musique. Nous sommes rentrés dans le parc à 10h00 et nous avons assisté au bal des oiseaux fantômes. Samir voulait toucher les volatiles qui rasaient la tête des spectateurs. Abdoul-Rahman et ses frères avaient déjà vu des serpentaires et des aigles dans les montagnes tchétchènes. Le deuxième spectacle, Les Mousquetaires de Richelieu, était dans un immense théâtre. Nous avons été surpris par les changements rapides de décor, on se croyait au cinéma. Les danseuses de Flamenco, les épées et les chevaux dansaient avec magie. Les combats étaient très réalistes. Ensuite, on est sorti pour regarder un spectacle de duels à cheval qui racontait l'histoire de Jeanne d'Arc. C'était bizarre d'imaginer une femme en armure au Moyen-Age, qui commande des soldats. A midi,nous voulions manger mais nous n'avions pas le temps. Alors, nous nous sommes installés sur les gradins de l’arène pour admirer les combats de gladiateurs, les lions blancs, les pythons, les courses de chars et les trois éléphants. Abdoul-Rahman applaudissait si fort que sa veste s'est envolée. Ce jour-là, on devait tout le temps courir pour « attraper » une place. On n'a même pas eu le temps d'acheter une glace. Tous les magasins étaient fermés. Heureusement, le dernier spectacle était grandiose avec ses jeux de fontaines illuminées dans la nuit. C'est dommage qu'on n'ait pas eu le droit de filmer pour nos familles. " Adoul-Rahman et Esad

"Je vais vous présenter une animation vue au Puy du fou : Le Mystère la Pérouse. C'est l'histoire d'un navire français qui est parti à la découverte du monde. Malheureusement, l'équipage s'est perdu et a fait sans doute naufrage. On a longtemps cru qu'il avait disparu, mais on a retrouvé l'épave récemment et des livres qui témoignaient de leur enthousiasme." Samir

" Les Mousquetaires de Richelieu : J'ai vu un homme avec sa compagne se faire arrêter par les soldats dans la rue alors qu'ils jouaient une pièce de théâtre. Le comédien a dû se déguiser pour s'échapper. Mais, il est obligé quand même de se battre avec des épées. A la fin, les soldats emmènent la bohémienne au palais. Le comédien demande de l'aide au roi qui lui répond que sa femme doit préparer un spectacle de danse espagnole pour la reine." Moussa

 

Lire la suite

Publié le 19 Avril 2018

Rencontre avec Lutz Stehl à la médiathèque
Rencontre avec Lutz Stehl à la médiathèque
Rencontre avec Lutz Stehl à la médiathèque

Les élèves de deux classes de troisième ont eu la chance de rencontrer Lutz Stehl à l'occasion de son exposition Hululement en Bel-Air à la médiathèque de Quimperlé.

L'artiste a expliqué aux élèves à quel point sa découverte des cachots du collège a influencé sa recherche. C'est en écho aux graffitis qui s'y trouvent que Lutz Stehl a conçu ses propres œuvres. Une manière de porter au grand jour et au « Bel-Air » ces cris dessinés que les travailleurs ou les prisonniers ont tracés et gravés sur les murs.

Dans ses images, l'artiste cherche à retrouver l'énergie, le côté à la fois brut et fragile des graffitis. Pour cela, il utilise une grande variété de moyens. Il travaille par exemple en peinture mais aussi au pastel ou en collage, ... Il ajoute parfois différentes matières comme du sable, du polystyrène, du carton ou encore des végétaux. Ses supports sont hétéroclites : de la toile, du papier, des cagettes ou boîtes en carton qui deviennent, dépliée, des cellules ouvertes, … Les formes qu'il élabore évoquent des visages humains, des animaux, des tours, ou des motifs abstraits comme une empreinte mentale qu'auraient laissée dans sa mémoire les graffitis des sous-sol.

Lutz Stehl, qui est un ancien professeur, a également tenu à créer des liens entre le passé (à partir duquel il a travaillé) et l'actualité (qui parfois l'inquiète), en invitant les élèves à la vigilance pour éviter que l'histoire ne se répète.

Pour finir, les élèves ont expérimenté plastiquement pour créer eux aussi des images inspirées des graffitis.

Ce fut donc une visite passionnante.

Lire la suite

Publié le 10 Avril 2018

Les élèves de 6ème 2 ont travaillé sur la présentation du collège tandis que les 5èmes en début d'année ont proposé quelques idées pour une école idéale...

Lire la suite

Publié le 9 Avril 2018

Lire la suite

Publié dans #Sport

Publié le 22 Mars 2018

Samedi 7 avril de 9h à 12h

Portes Ouvertes au collège

Lire la suite

Publié dans #Au collège

Publié le 22 Mars 2018

Lors de la remise des récompenses, mardi, au CDI du collège Jules Ferry. Photo Ouest-France

Lors de la remise des récompenses, mardi, au CDI du collège Jules Ferry. Photo Ouest-France

Source : Ouest-France Quimperlé, 21 mars 2018.

Chaque année, au niveau national, des jeunes collégiens s’engagent dans le concours Castor, un concours axé sur l’informatique et la logique mathématique. Des élèves du collègues Jules-Ferry à Quimperlé ont été récompensés.

Cette année, ils étaient plus de 600 000 participants.

Deux élèves du collège Jules-Ferry ont brillé : Soledad Navarro, en classe de 4e, se place à la 14e position sur plus de 56 200 élèves ; Zoé Cruaud, en classe de 3e, se positionne à la 876e place sur 51 446 participants.

La suite passe par le concours Algoréa où plusieurs qualifications mènent à la finale à Paris.

Dans un second temps, le collège Jules-Ferry a organisé sa semaine des mathématiques et proposé aux élèves volontaires un concours d'énigmes avec deux niveaux :  un pour les élèves de 6e et 5e, et l'autre pour les élèves de 4e et 3e.

Au total, 128 élèves ont participé. Des récompenses ont été remises mardi, par Jean-Luc Mennessier, principal, en présence des professeurs de mathématiques, Ronan Berrehar, Alain Peoc’h et Pascale Vivier.

Lire la suite

Publié dans #Sciences

Publié le 21 Mars 2018

Courses d'orientation dans la forêt de Toulfoen
Courses d'orientation dans la forêt de Toulfoen
Courses d'orientation dans la forêt de Toulfoen
Courses d'orientation dans la forêt de Toulfoen
Courses d'orientation dans la forêt de Toulfoen
Courses d'orientation dans la forêt de Toulfoen
Courses d'orientation dans la forêt de Toulfoen
Courses d'orientation dans la forêt de Toulfoen

Ce mercredi 21 mars, l'UNSS a participé à une compétition de courses d'orientation : journée sensationnelle dans la forêt de Toulfoen !

Pendant la première course, amicale, 5 équipes représentaient le collège Jules Ferry. L'équipe de Quentin LB, Quentin M., Marion et Evan est arrivée deuxième sur 58 !

Pour la deuxième course, qui permettait de qualifier les établissements, une équipe de Jules Ferry (Malo, Morgane, Orlane et Ewen) est arrivée troisième ! Grâce à leur acharnement, les coureurs pourront participer à la course d'orientation académique le 4 avril.

Bravo à toutes les équipes !

Lire la suite

Publié dans #Sport

Publié le 16 Mars 2018

La fête du court métrage au CDI !

Pendant une semaine, le CDI devient salle de ciné improvisée en participant à la fête du court métrage...

Découverte, surprises, émotion, de grands moments en petit format de 2 à 15 minutes !

Lire la suite

Rédigé par Collège Jules Ferry

Publié dans #Arts, Histoire & Culture

Publié le 16 Mars 2018

Un camion sur la cour ?
Un camion sur la cour ?
35 élèves des deux collèges public de Quimperlé et du collège de Bannalec ont participé à un forum de découverte des métiers du transport proposé par le lycée Paul Cérusier de Carhaix.
Plusieurs ateliers au programme : conducteur routier, maintenance des véhicules, logistique et
métiers de l'électricité
 
Une belle réussite au service de l'orientation choisie !

Lire la suite

Rédigé par Collège Jules Ferry

Publié dans #Orientation

Publié le 14 Mars 2018

Compétition d'escalade
Compétition d'escalade
Compétition d'escalade
Compétition d'escalade
Compétition d'escalade
Compétition d'escalade
Compétition d'escalade
Compétition d'escalade
Compétition d'escalade

Ce mercredi 14 Mars, dans le cadre de l'UNSS, notre équipe constituée de 6 grimpeurs (Chloé-Rose, Killian, Lilou, Noah et Samantha) ainsi que d'un jeune officiel (Aurélien) est partie à Fouesnant pour la finale départementale d'escalade .

Malgré les efforts fournis durant la journée, notre équipe a fini sixième sur six.

Mais bravo quand même à eux !

PS : un jeune officiel a plusieurs rôles : juge, remplaçant...

Lire la suite

Publié dans #Sport

Publié le 22 Février 2018

Rédigé par Collège Jules Ferry

Publié dans #Sciences

Publié le 14 Février 2018

La vie, les sentiments, la sexualité, le planning familial...La vie, les sentiments, la sexualité, le planning familial...

Le centre de planification familiale de Quimperlé et le collège Jules Ferry sont engagés dans une démarche de sensibilisation des élèves de 3ème, sur une réflexion autour de la relation amoureuse.

Le planning familial propose au collège une séance d’information, dont l’objectif est à la fois de faire connaître le centre et de répondre aux interrogations des jeunes tout en les incitant à se poser des questions sur la sexualité, la contraception, les relations humaines, la famille...

Les interventions, d’une durée de 2 heures, seront réalisées par monsieur Yves ARNAL, conseiller conjugal et familial, accompagné de madame Marie-Dominique CROS, sage-femme, sous la forme de rencontres interactives par demi-classe non-mixte.

Lire la suite

Publié le 12 Février 2018

Du Slam à Jules Ferry

Source : Ouest-France Quimperlé, 9 février 2018

Les élèves allophones du collège Jules-Ferry à Quimperlé ont joué avec les mots de Léo Ferré, pour inventer des slams. Sous l’œil de Bruno Geneste.

« Les goélands chantent la symphonie de l’océan. » « La lumière du sable à l’infini, la petite musique des coquillages, le rivage et le froid bleu comme la mer. »

Voilà quelques-uns des slams inventés et écrits par les élèves allophones du collège Jules-Ferry, jeudi matin.

« Nous sommes partis d’un texte de Léo Ferré, La mémoire et la mer. Et pour que cela soit le plus ludique possible, on ne parle pas de poésie, mais de slam. Le résultat est étonnant et remarquable. Ce sont quand même des jeunes qui sont en cours d’apprentissage du français. Je suis subjugué », glisse Bruno Geneste, entre deux conseils aux collégiens.

Le poète intervient à Jules-Ferry, comme il le fait au collège La Villemarqué.

« Mais ici, je travaille différemment. Il n’y a pas de rime. C’est entièrement libre. Moi, je les accompagne », poursuit-il.

Il est aidé dans sa démarche par Sandra Veillon, professeur de français.

L’aboutissement de ce travail sur les mots et leur signification ? « Ils monteront tous sur la grande scène Benoîte-Groult, le mardi 20 mars, pour un grand concert de slam, dans le cadre du festival de la parole poétique (organisé par la Maison de la poésie du pays de Quimperlé). Ensuite, nous sortirons une anthologie. Mais ce sera un vrai livre, pas des feuilles photocopiées et agrafées. »

Lire la suite

Publié le 1 Février 2018

L' UPE2A, pour qui ? pour quoi ?

Source : Article de Jean-Marc Pinson, Ouest-France, 31 janvier 2018

Le français n’est pas leur langue maternelle mais ils l’apprennent ici. Rencontre avec des enfants « allophones » du collège Jules-Ferry à Quimperlé.

Ces jeunes viennent d’ailleurs. Pour diverses raisons, eux et leurs familles sont fraîchement arrivés en France. Ou bien alors ils sont issus de familles itinérantes. Le système éducatif tend la main à ces jeunes qui ne parlent pas notre langue. Au collège, par exemple, ces élèves allophones suivent des cours de français, de maths, d’histoire-géo, d’anglais.
« Il s’agit de groupes de soutien et non de classes à proprement parler, souligne Céline Hélias, coordinatrice second degré au Casnav, centre académique pour la scolarisation des enfants allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs. Dans le Finistère, Brest, Quimper et Quimperlé accueillent ces jeunes au collège.
Différentes cultures
En ce mardi après-midi, à Quimperlé, au collège Jules-Ferry, l’ambiance est studieuse dans le groupe de Sandra Veillon, enseignante. Ses élèves sont une quinzaine, âgés de 12 à 17 ans. Moussa, Achraf, Bashkim et les autres posent des questions chacun leur tour, de façon posée, dans un français plus que correct.
Sandra Veillon veille au grain, ramène un peu de discipline si nécessaire, on sent qu’elle aime son boulot : « En tant qu’enseignante c’est plus qu’enrichissant. On ouvre les yeux sur différentes cultures. » Une moitié de l’effectif n’était pas scolarisée auparavant, il y a donc un gros travail d’apprentissage de la lecture, de l’écriture.
« Les cours me plaisent bien », sourit Moussa, originaire de Guinée Équatoriale, qui lui, est un jeune mineur isolé. S’il déplore le climat trop froid à ses yeux, il s’est fait des relations, en jouant notamment au foot à Quimperlé.
Miruna, jeune Roumaine basée à Quimperlé depuis un peu plus d’un an, semble apprécier également les enseignements en FLS, comprenez Français comme seconde langue. « Quimperlé ce n’est pas bien grand, mais on est bien. Mon père ne parle pas du tout le français, ma mère un peu, ça va. »
Pour Isidora, originaire du Kosovo, la principale difficulté en arrivant en France est simple : « On ne comprenait rien ! On avait l’impression d’être seuls ». De son côté, Alex, Hongrois, trouve que le plus dur, « c’est l’accent ». Quant à Douaa, parfois elle se mélange les pinceaux en écrivant de droite à gauche comme dans sa langue maternelle.
Du coup, ces élèves sont polyglottes. Combien de langues parlent-ils ? « 3 ! 5 ! 7 ! » disent-ils en comptant leurs doigts.

Lire la suite