arts, histoire & culture

Publié le 9 Octobre 2018

Les élèves de 6e1 ont assisté au spectacle "La mécanique du hasard" au théâtre du Strapontin dans le cadre de leur cours de français.

Photo : Christophe Raynaud de Lage

Photo : Christophe Raynaud de Lage

Une malédiction qui court sur plusieurs générations, un lac mythique en plein désert :
après Oh Boy !, le metteur en scène Olivier Letellier et l’auteure Catherine Verlaguet se retrouvent pour adapter le roman de Louis Sachar, Le Passage.

Une extraordinaire aventure, racontée à deux voix, dans laquelle un jeune garçon va découvrir l'amitié, dénouer les fils de son destin et inventer sa propre vie.

Source : théâtre du Strapontin.

 

Lire la suite

Publié le 6 Juillet 2018

Et pour bien finir cette année, la fête des talents ! Théâtre, chansons, danses...

La fête des talents
La fête des talents
La fête des talents
La fête des talents
La fête des talents

Lire la suite

Publié le 25 Juin 2018

Adaptation d'Antigone de Sophocle : les 39 élèves latinistes de la 5e à la 3e ont donné deux représentations théâtrales devant les élèves vendredi après-midi puis devant les parents, en soirée. Mme Quantet et Mme Thomas, professeures de latin, ont lancé ce projet ambitieux accompagnées par Mme Marpeaux, professeure d'EPS, pour les chorégraphies et Mme Kerguen, Professeur d’éducation musicale, pour l'accompagnement sonore.

Antigone
Antigone
Antigone
Antigone
Antigone
Antigone
Antigone
Antigone

Lire la suite

Publié le 20 Juin 2018

Le collège fête la musique
Le collège fête la musique
Le collège fête la musique
Le collège fête la musique
Le collège fête la musique
Le collège fête la musique
Le collège fête la musique
Le collège fête la musique
Le collège fête la musique

Tout le collège était réuni dans le cloître pour la fête de la musique ! ...Le tout mené d'une main de maître par Mme Kerguen, professeure de musique, accompagnée par Iiria Sauri, professeure au Conservatoire de Quimperlé.

Tout d'abord, les élèves inscrits à l'option "Arts et cours" ont présenté leur travail remarquable en chant et musique. Les spectateurs ont ensuite participé à un quiz de reconnaissance de mélodies jouées par des 6e. Les élèves d'UPE2A ont présenté l'histoire de la chanson Mercy du groupe Madame Monsieur, l'histoire de cette enfant nigériane, née à bord de L'Aquarius, un bateau humanitaire qui vient en aide aux migrants naufragés en Méditerranée. Cette chanson a été interprétée par tous les élèves de 6e et 5e accompagnés par l'orchestre du collège, avec en guise de conclusion, quelques phrases prononcées dans leur langue d'origine par les élèves d'UPE2A. Une très belle fête !

Lire la suite

Publié le 15 Juin 2018

Au domaine de TrévarezAu domaine de TrévarezAu domaine de Trévarez

Jeudi 14 juin, les élèves de 5e3 et 4e4 sont allés à la rencontre des œuvres d'Eva Jospin, artiste en résidence au domaine de Trévarez.

Connue pour les forêts qu’elle sculpte minutieusement dans du carton, elle s’attache à représenter la nature non pas telle qu’elle est, mais telle qu’elle-même se la représente.

Eva Jospin a installé trois œuvres à Trévarez : Panorama, créée pour la Cour Carrée du Louvre en 2016, prend place au rez-de-chaussée des écuries ; Nymphée, une « fabrique de jardin » conçue spécialement pour le domaine, s’installe dans le parc ; et, dans une des tourelles du château, une installation de lianes mouvantes de papier calque fait écho au passé mouvementé du lieu.
Avec Panorama, une forêt de carton déployée à 360°, en référence aux panoramas des 18e et 19e siècles, Eva Jospin immerge ainsi le public au cœur d’un paysage forestier entièrement dessiné et sculpté dans du carton. Un matériau humble dans lequel l’artiste crée volumes et perspectives. Cette œuvre a fortement impressionné les élèves de 4e...

Land Art : quelques réalisations des élèvesLand Art : quelques réalisations des élèvesLand Art : quelques réalisations des élèves

Land Art : quelques réalisations des élèves

La sortie, sous le signe des Arts Plastiques, a aussi permis aux élèves de travailler une forme d'art éphémère, le Land Art.

Un peu déçus de ne pouvoir découvrir totalement l'aspect historique du château, les élèves, qui pour la plupart découvraient ce domaine impressionnant, auront certainement envie de revenir et de bénéficier en famille de l'invitation reçue en cadeau !

Lire la suite

Publié le 5 Juin 2018

Les élèves du collège Jules-Ferry ont travaillé à partir des œuvres de Miles Hyman. L’artiste découvre la réalisation de Souleyman. Photo : Beatrice Le Grand, Ouest-France

Les élèves du collège Jules-Ferry ont travaillé à partir des œuvres de Miles Hyman. L’artiste découvre la réalisation de Souleyman. Photo : Beatrice Le Grand, Ouest-France

En réponse aux dessins de Miles Hyman exposés tout l'été à la chapelle des Ursulines, les élèves ont écrit, dessiné et réalisé des photos. Leur travail a donné lieu à une exposition dans le cloître du collège.

Avec Mme Coutant, leur professeure d'arts plastiques, les élèves ont créé des images entre réel et imaginaire ("Entre-deux mondes"), en écho à la série de dessins de la ville de Quimperlé de Miles Hyman.

En cours de français, Mme Thomas a demandé aux élèves de 3e4 de laisser leur imagination vagabonder en choisissant un dessin de Miles Hyman et en adoptant le mode d’expression écrite qui leur parlait : poème, nouvelle, article de presse, faits divers…

Les élèves d'ULIS2 de Mme Delande ont cherché dans Quimperlé les lieux des croquis de Miles Hyman afin de créer ensuite une image entre réel et imaginaire travaillée sur un logiciel de dessin.

L'exposition "Entre-deux mondes" a constitué une merveilleuse opportunité pour les élèves allophones de l'UPE2A (dispositif d'accueil et de soutien en français langue seconde) d'exprimer leur créativité et de livrer leur regard sur la ville de Quimperlé. Un regard entre deux mondes : celui d'où ils viennent et celui où ils vivent actuellement, où ils créent d'autres liens, où ils vivent de nouvelles expériences. C'est une vision neuve, élargie et enrichie par tant de lieux traversés, visités et rencontrés, que ces jeunes ont choisi d'exposer à leur tour, accompagnés par Mme Veillon, leur enseignante, et Mme Montaland, professeure documentaliste.

Nous avons rencontré Miles Hyman !
Nous avons rencontré Miles Hyman !
Nous avons rencontré Miles Hyman !
Nous avons rencontré Miles Hyman !
Nous avons rencontré Miles Hyman !
Nous avons rencontré Miles Hyman !
Miles Hyman découvre le texte de Candice. Photo : Le Télégramme

Miles Hyman découvre le texte de Candice. Photo : Le Télégramme

L'ancienne ville

 

Sous les ponts de Paris

À l'époque où tout n'était pas gris

Mes yeux, sans cesse, s’émerveillaient sur mon pays

 

La ville que j'ai connue

Avait entièrement disparue

Mon Paris, n'existait plus

 

Texte de Zoé

Dessin de Miles Hyman

Lire la suite

Publié le 23 Mai 2018

Les 3èmes 4 ont travaillé dans le cadre de l'EPI Anglais-Histoire sur la vie des Britanniques pendant la seconde guerre mondiale. Ils se sont mis dans la peau d'un personnage (soldat, enfant, femme, garde londonien...) et ont rédigé une lettre en leur nom à un proche.
 

Lire la suite

Publié le 19 Avril 2018

Rencontre avec Lutz Stehl à la médiathèque
Rencontre avec Lutz Stehl à la médiathèque
Rencontre avec Lutz Stehl à la médiathèque

Les élèves de deux classes de troisième ont eu la chance de rencontrer Lutz Stehl à l'occasion de son exposition Hululement en Bel-Air à la médiathèque de Quimperlé.

L'artiste a expliqué aux élèves à quel point sa découverte des cachots du collège a influencé sa recherche. C'est en écho aux graffitis qui s'y trouvent que Lutz Stehl a conçu ses propres œuvres. Une manière de porter au grand jour et au « Bel-Air » ces cris dessinés que les travailleurs ou les prisonniers ont tracés et gravés sur les murs.

Dans ses images, l'artiste cherche à retrouver l'énergie, le côté à la fois brut et fragile des graffitis. Pour cela, il utilise une grande variété de moyens. Il travaille par exemple en peinture mais aussi au pastel ou en collage, ... Il ajoute parfois différentes matières comme du sable, du polystyrène, du carton ou encore des végétaux. Ses supports sont hétéroclites : de la toile, du papier, des cagettes ou boîtes en carton qui deviennent, dépliée, des cellules ouvertes, … Les formes qu'il élabore évoquent des visages humains, des animaux, des tours, ou des motifs abstraits comme une empreinte mentale qu'auraient laissée dans sa mémoire les graffitis des sous-sol.

Lutz Stehl, qui est un ancien professeur, a également tenu à créer des liens entre le passé (à partir duquel il a travaillé) et l'actualité (qui parfois l'inquiète), en invitant les élèves à la vigilance pour éviter que l'histoire ne se répète.

Pour finir, les élèves ont expérimenté plastiquement pour créer eux aussi des images inspirées des graffitis.

Ce fut donc une visite passionnante.

Lire la suite

Publié le 16 Mars 2018

La fête du court métrage au CDI !

Pendant une semaine, le CDI devient salle de ciné improvisée en participant à la fête du court métrage...

Découverte, surprises, émotion, de grands moments en petit format de 2 à 15 minutes !

Lire la suite

Rédigé par Collège Jules Ferry

Publié dans #Arts, Histoire & Culture

Publié le 23 Janvier 2018

Pendant la seconde guerre mondiale, le collège Jules Ferry était une prison...

Le plasticien Lutz Stehl s'empare de cette Histoire et présente son travail dans une exposition à la médiathèque de Quimperlé du 6 janvier au 14 avril 2018.

Lutz Stehl est accompagné de Jean-Jacques Gouriou, membre de la Société d'histoire du Pays de Quimperlé, qui nous raconte l'ancienne prison du bel Air où fut emprisonnés et torturés des résistants durant la seconde guerre mondiale.

Lire la suite

Publié le 21 Novembre 2017

Dans le cadre du festival Les Passeurs de Lumière, une classe de 4e a rencontré Jean-Louis Le Tacon, cinéaste atypique !

Passeurs de LumièrePasseurs de Lumière
Passeurs de LumièrePasseurs de Lumière
Passeurs de LumièrePasseurs de Lumière

Après avoir présenté rapidement les différentes caméras de l'histoire du cinéma, les élèves se sont approprié la plus petite caméra actuelle : celle du téléphone portable. En l'imaginant dans leurs mains, en formant le cadre avec leurs doigts (girafe-vertical ou crocodile-horizontal), ils ont appris à filmer en plan fixe et en se déplaçant. Après un échauffement corporel, le cinéaste leur a enseigné la gymnastique des filmeurs, technique initiée par Jean Rouche. Jean-Louis Le Tacon se désigne lui-même comme un cinéaste anthropologue.

En cours de Français, les élèves ont découvert le court-métrage Waterproof, court-métrage qui a suscité de nombreuses questions. Comme le temps de rencontre était trop court pour revenir sur le film, la discussion entre les élèves et le cinéaste se poursuivra par mail.

Lire la suite

Publié le 6 Octobre 2017

Les élèves de 6e et d'ULIS ont assisté à la projection du film Ma vie de cougette au cinéma La Bobine, dans le cadre du cours de Français.

Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux.

Source : Allociné

Lire la suite

Publié le 3 Octobre 2017

Les élèves de 3e ont assisté à la projection du film Persepolis de Marjane Satrapi, au cinéma La Bobine, dans le cadre du cours de Français.

Téhéran 1978 : Marjane, huit ans, songe à l'avenir et se rêve en prophète sauvant le monde. Choyée par des parents modernes et cultivés, particulièrement liée à sa grand-mère, elle suit avec exaltation les évènements qui vont mener à la révolution et provoquer la chute du régime du Chah.
Avec l'instauration de la République islamique débute le temps des "commissaires de la révolution" qui contrôlent tenues et comportements. Marjane qui doit porter le voile, se rêve désormais en révolutionnaire.
Bientôt, la guerre contre l'Irak entraîne bombardements, privations, et disparitions de proches. La répression intérieure devient chaque jour plus sévère.
Dans un contexte de plus en plus pénible, sa langue bien pendue et ses positions rebelles deviennent problématiques. Ses parents décident alors de l'envoyer en Autriche pour la protéger.
A Vienne, Marjane vit à quatorze ans sa deuxième révolution : l'adolescence, la liberté, les vertiges de l'amour mais aussi l'exil, la solitude et la différence.

Source : Allociné

 

Lire la suite

Publié le 29 Juin 2017

Loin. Près. Si loin, si près. C'est lorsque ce loin devient proche, tout proche, qu'il nous touche avec sa beauté, sa fragilité, son incontournable.


Au collège Jules Ferry, nous accueillons ce loin, qui petit à petit, nous devient si proche, ces adolescents qui viennent d'horizon si différents et si semblables.
Et c'est pour souligner ce lointain-proche qui entre dans nos murs que nous avons créé ce diaporama avec les élèves de 6ème d'AP de Mme Veillon et ceux de FLS. En regardant ces « Terres de coeur », ces « Racines » dans lesquelles ils ont grandi, on comprend que peu sépare ces adolescents, qu'ils parlent tous d'une même terre, qu'ils ont tous besoin des mêmes racines, solidement plantées.  L'école est là, pour en offrir sa part.

À vos yeux !
 

Lire la suite

Publié le 28 Avril 2017

 Imagine à Lorient !!!!!!!

Le jeudi 27 avril 2017, les classes de FLS, 3ème3 et 4ème 2 sont allés au Grand Théâtre, à Lorient, voir la pièce Imagine.

Les comédiens qui ont joué cette la pièce, ont entre 15 et 21 ans. Ils se sont engagés à venir répéter toute l'année pendant les week-ends et les vacances scolaires pour nous présenter ce spectacle. L'âge, proche de celui des élèves rend la pièce plus sensible.

Et puis, cette pièce imagine... elle imagine des migrants qui quittent Lorient pour la Syrie. La même fatigue, le même enfer, la même volonté de réussir... Elle imagine le voyage à l'envers... et nous fait comprendre que dans un sens comme dans l'autre, tout est souffrance.

La discussion, engagée ensuite avec la réalisatrice Katja Hunsinger, a permis de poser toutes les questions et de mieux comprendre sa volonté de toucher les adolescents et de les amenés à se mettre dans la peau des migrants, à se révolter face à toutes ces injustices.

 

Photos grand théâtrePhotos grand théâtre

Photos grand théâtre

Lire la suite